• Itinéraire

    Les 140 km

    du chemin

  • Le Chemin…

    Animation panneaux

  • Via Septemtriones Templi

  • Traduction

  • Contactez-nous…

  • Bulletin d’adhésion

  • Saint-Jacques en Boulangrie

  • Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

  • QR Code

Origines

Un projet sur la promotion du don du sang à l’origine de la création de notre nouvelle association :

Saint-Jacques en Boulangrie

0

Mercredi 30 juillet 2008

A Clary, Régis Quennesson se lance un nouveau défi

Faire vivre le chemin de Saint-Jacques de Compostelle entre Bouchain et l’Aisne, tel est le défi que s’est lancé Régis Quennesson.

L’histoire entre Régis Quennesson et le chemin de Compostelle n’est pas finie. Une nouvelle page se tourne pour le Clarysien, qui l’an passé, a couvert, en 103 jours, les 2 583 kilomètres qui séparent Clary de Saint-Jacques de Compostelle. Une marche en faveur des dons de sang, plaquettes et moelle osseuse qui a fédéré bon nombre d’énergies autour de ce projet.
Désormais, c’est autour du chemin en lui même que se tourne le Clarysien. Régis Quennesson veut faire vivre la voie de pèlerinage dans le Cambrésis. La création d’une association est de nouveau à l’étude. « Plusieurs fois, je me suis remis à penser à l’aventure vécue sur le chemin. Puisque cela me revient en pleine pomme, je me dis qu’il faut bien s’occuper du chemin lui même. » Et comme pour sa marche des dons, ce n’est pas dans un petit projet que Régis se lance. « C’est lourd. J’ai rencontré des élus d’Honnecourt-sur-Escaut. Le village se trouve sur le chemin de Compostelle et à proximité de l’abbaye de Vaucelles. Cela pourrait être un lieu phare sur le chemin au sein de notre arrondissement. » Il est vrai que le village possède de nombreux atouts : pharmacie, médecin, supérette, restauration rapide et camping. « Les pèlerins venant de Belgique et des Pays-Bas passent à Honnecourt. Ce qu’il faut, c’est mettre en place un hébergement en dur. Nous sommes en pourparlers afin d’obtenir un bâtiment qui pourrait les accueillir. » Régis Quennesson réfléchit même à la possibilité de créer un tampon pour les pèlerins qui passeraient par la commune. Il est également entré en contact avec les élus départementaux et régionaux afin d’obtenir le soutien des deux assemblées.

Déterminer le tracé du chemin.

Le chemin de Compostelle tel qu’il apparaît dans les archives historiques passe par Cambrai. Des lieux en ville en attestent, tels le Clos Saint-Jacques, la rue Saint-Jacques où la confrérie Saint-Jacques de la Boulangrie au 35, rue des Rotisseurs. Pour ce qui est du tracé entre Saint-Amand et l’Aisne, des incertitudes planent. « Est-ce-que le chemin va en ligne droite entre Bouchain et le sud du Cambrésis, ou est-ce-qu’il suit le cours de l’Escaut, une voie de communication naturelle ? Ce sera à nous de le déterminer. » Le Clarysien s’est déjà penché sur la question. Cartes anciennes et actuelles à l’appui, il a commencé des recherches. En attendant, le Clarysien est à la recherche de toutes les bonnes volontés. « Une fois que nous auront déterminé le tracé du chemin de Compostelle, il faudra le faire vivre. » Cela implique de le baliser, l’entretenir mais aussi y amener des éléments historiques. « Pourquoi ne pas y mettre des panneaux avec des éléments historiques et touristiques avec les choses à voir dans notre arrondissement. » Son combat pour le don de sang n’étant jamais loin, Régis Quennesson souhaiterait communiquer sur le chemin en faveur des dons. La boucle serait bouclée. Chemin de Compostelle et dons seraient de nouveaux unis.

Article rédigé par :
Gauthier Clausse

Dimanche 13 juillet 2008

Les chemins de Saint-Jacques : le trésor caché du Cambrésis

0

Le Clarysien Régis Quennesson est de retour. Le pèlerin de Compostelle, qui l’an dernier avait rallié Clary et Saint-Jacques pour promouvoir le don de soi, se lance dans un nouveau projet. Peut-être pas aussi ambitieux… quoique. Une association est en gestation. Sa vocation : valoriser un patrimoine en friche, les chemins de Saint-Jacques dans le Cambrésis.

C’est méconnu, et pourtant « de mai à octobre, il y a au moins un ou deux voyageurs par jour qui traversent les chemins de Saint-Jacques dans le Cambrésis », estime Régis Quennesson. Ils viennent « à pied, à vélo et même en âne, essentiellement de Belgique, de Hollande voire de Norvège », relève l’ancien marcheur. Des gens motivés par la foi, pour qui le chemin de Saint-Jacques de Compostelle reste un haut lieu de pèlerinage. Mais pas seulement. Le Clarysien de constater « des motivations très diverses », du marcheur épris de défi sportif à l’individu qui cherche un retour à la nature, aux choses simples, jusqu’aux démarches extrêmes, plutôt marginales, visant « la purification ».

Un constat s’est vite imposé à Régis Quennesson, au cours de sa propre aventure : « En Espagne, les indications sont partout pour guider le marcheur. Et vous savez, ces balises, c’est important, on les guette, et quand on en trouve une, ça nous rassure ». En France, par contre, le constat n’est pas le même. Dans son périple, il dut attendre sa 27e étape pour découvrir, du côté de Saint-Germain-l’Espinasse (Loire), un premier panneau avec le symbole, la coquille Saint-Jacques. Dans le Cambrésis, c’est clair : « rien n’est organisé », assure le Clarysien. Pour suivre l’itinéraire historique (lire ci-dessous), mieux vaut donc être très bien renseigné. Quant à trouver un lieu pour dormir ou se restaurer, là encore, il est prudent d’avoir réservé. Encore faut-il être sûr de sa cadence pour arriver à l’heure dite au gîte et au couvert… C’est en pensant à tous ces voyageurs que Régis Quennesson a eu l’idée de remettre en valeur les chemins de Saint-Jacques du Cambrésis. Retrouver tous les lieux de passage. Les baliser ensuite, les jalonner d’informations pratiques, les remettre en état au besoin. D’y prévoir aussi un lieu d’accueil, à Honnecourt-sur-Escaut par exemple, où un contact est bien avancé sur le sujet avec le maire Francis Piton.

Au-delà de l’accueil dû aux voyageurs, le Clarysien a entrevu le vaste potentiel de son projet : la valorisation du patrimoine historique et naturel du territoire. Qui peut intéresser tout randonneur, les scolaires et autres passionnés d’histoire. Autant dire que pour les futurs membres de l’association, les chemins de Saint-Jacques constituent, à ce jour, une belle mine à exploiter.

PAR CÉCILE THIÉBAUT

caudry@lavoixdunord.fr
0

Les sites du projet « Réagis-Sang » sur la promotion du don du sang

REAGIS-SANG

Blog Réagis-Sang (Clary-Compostelle)

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :