• Itinéraire

    Les 140 km

    du chemin

  • Le Chemin…

    Animation panneaux

  • Via Septemtriones Templi

  • Traduction

  • Contactez-nous…

  • Bulletin d’adhésion

  • Saint-Jacques en Boulangrie

  • Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

  • QR Code

Et l’Artois ?

Article paru

le Jeudi 17 septembre 2009

dans

logo l'avenir de l'artoiset

logo l'écho de la lys

Chemins de Compostelle

Passaient-ils par l’Artois ?

article l'avenir de l'artois

Le village de Honnecourt-sur-l’Escaut voit passer de 5 à 10 pèlerins par jour de mars à octobre.

Des passionnés d’Histoire et de pérégrinations se sont attelés à la tâche de redécouvrir les chemins empruntés par les pèlerins de Compostelle depuis le Moyen-âge, et particulièrement ceux qui traversaient notre région.

Les initiateurs de l’oeuvre résidant dans le Hainaut-Cambrésis, c’est tout naturellement qu’ils cherchèrent, en premier lieu, dans les parages de Cambrais. Pour soutenir leurs recherches, ils créèrent une association qu’ils baptisèrent « Saint Jacques en Boulangrie », du nom du dernier accueil connu de pèlerins dans la cité de Martin et Martine.

Régis Quennesson, le président de l’association, connaît bien cette aventure. Il y a quelques années, il s’élança pour un périple de plus de 2 500 km et marqua chacune de ses étapes d’une conférence pour la promotion des dons de sang, de moelle épinière et d’organes. Il se fit suivre à distance par le docteur Pierre Delcourt avec qui, dès son retour, il voulut aller plus loin encore dans sa propre région.

Dans un premier temps, ils se sont attelés aux chemins venant de Tournai et descendant vers Saint-Quentin. Les traces historiques ne sont pas leur seule préoccupation, loin de là, car ils veulent renouer la tradition d’hospitalité qui bordurait la route des pèlerins. Ils veulent pouvoir offrir aux marcheurs les moyens de se diriger dans la bonne direction, des documentations sur la logistique et les richesses locales et mobiliser des bonnes volontés pour recréer des gîtes étapes.

Concrètement, et dès à présent, leur travail consiste en des recherches historiques afin de retrouver les traces des pas ancestraux et les faire reconnaître par les autorités compétentes. Cela obtenu, ils prévoient de baliser les voies et de mettre à disposition une documentation en 3 langues. Forte des expériences personnelles de ses membres, l’association se veut également un relais local pour tous ceux qui souhaitent tenter l’aventure afin de les renseigner sur tous les besoins matériels et les trucs et astuces qui facilitent la vie du marcheur. Elle pourra fournir également la fameuse « créanciale », passeport pour Saint-Jacques de Compostelle.

Les Pèlerins, de tout temps, auraient-ils pu à ce point ignorer l’Artois dans leur voyage ?

Nos cambrésiens ne veulent pas en rester là car ils sont persuadés que l’Artois est aussi riche que le Hainaut en chemins pèlerins. Ils font donc appel à toutes bonnes volontés pour les aider à développer les mêmes recherches et services autour d’Arras, Béthune, et au delà. Régis Quennesson précise que ce projet cumule « des intérêts non négligeables dans des domaines aussi variés que l’Histoire, la culture, l’éducation, la randonnée, le tourisme, la solidarité et le dépassement de soi… »

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :