• Itinéraire

    Les 140 km

    du chemin

  • Le Chemin…

    Animation panneaux

  • Via Septemtriones Templi

  • Traduction

  • Contactez-nous…

  • Bulletin d’adhésion

  • Saint-Jacques en Boulangrie

  • Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

  • QR Code

Bassin Rond

logo-la-voix-du-nord

Dimanche 14 mars 2010

À Bouchain :

le tour du Bassin Rond

Un peu de quiétude dans un Denaisis défiguré par un siècle d’industrialisation galopante fait du bien.

Le Bassin Rond se découvre aujourd’hui au pas.

Photo DIDIER CRASNAULT.

Drôle de nom : le Bassin Rond, alors que c’est un plan d’eau en forme de rectangle. Point de rencontre entre les canaux de l’Escaut et de la Sensée, le « Large » doit son patronyme au fait que les péniches venaient y faire jadis demi-tour avant d’aborder les écluses voisines.

Ce plan d’eau presque miraculeux est comme un poumon bleu dans la grisaille du Denaisis. Baignant trois communes (Bouchain, Paillencourt et Estrun), le Bassin Rond est devenu, après la crise de la batellerie, une niche écologique prisée au centre d’une zone humide à la grande variété biologique. Les gros convois fluviaux à destination de Dunkerque ou de la Belgique n’y font plus guère halte, préférant mouiller aux abords de l’écluse dite du Pont Malin, à Bouchain.

Aujourd’hui, la navigation de plaisance a supplanté la batellerie industrielle, même si quelques péniches transformées en habitations sont encore à quai. Le Centre départemental de plein air y est basé, de même que le Yachting club de Douai.

Creusé au début du XXe siècle, le Bassin Rond était à l’origine une véritable ville sur l’eau, où stationnaient en permanence quelque trois cents péniches. Et toutes les activités qui allaient avec : trois chantiers navals, quatre fabricants de mâts et de barques, des menuiseries, des fabriques de cuisinières, des corderies et un tas de petits magasins d’alimentation. Les cafés y étaient ouverts jour et nuit. Les bateaux étaient halés par des attelages de chevaux (il y avait même une écurie flottante), qui laissèrent la place dès 1910 à la traction électrique comme en témoignent encore quelques moignons de rails. La mise au grand gabarit du canal de l’Escaut, dans les années soixante, a sonné le glas de ces activités laborieuses.

Sur le chemin de Compostelle

Situé sur l’un des chemins de Compostelle en cours de résurrection par une association cambrésienne (Saint-Jacques-en-Boulangrie), le Bassin Rond est aujourd’hui un lieu de détente, aux confins du Cambrésis et du Valenciennois. On vient s’y promener (plusieurs chemins de randonnée y passent), s’y initier à la voile, pêcher (c’est un endroit très prisé par les chevaliers de la gaule), y admirer quelques beaux bateaux de plaisance. On notera, sur la rive d’Estrun, la présence d’une embarcation improbable puisqu’il s’agit d’une caravane greffée sur un ponton flottant ! C’est aussi la base de départ de L’Eurêka, un beau bateau de cent cinquante places avec restauration qui permet de découvrir la voie d’eau et ses écluses « de l’intérieur ». Le Clos de la Rosière, école d’équitation et d’attelage, installée à Estrun, propose aussi de faire le tour du domaine dans une voiture hippomobile désuète comme celle de notre photo.

Les historiens auront aussi beaucoup de plaisir à exhumer les vestiges d’une autre époque comme cette plaque directionnelle émaillée, accrochée au fronton d’une maison, qui signale, entre autres, Paris La Monnaie à 313 km. Autre temps, autre époque.

FRANCIS THUILLIEZ

0

PRATIQUE

Y aller

Sur l’A 2, vers Paris, dernière sortie avant le péage. Après quatre cents mètres sur la RD 630, entrez dans Hordain et suivez les flèches « Bassin Rond » sur la RD 61.

Que faire avec les enfants ?

Le CPDA (Centre départemental de plein air) du Bassin Rond propose une école de voile, du canoé, du tir à l’arc et du VTT. Tel : 03 27 35 72 28. Également, l’Office de tourisme de Bouchain : 03 27 25 35 88.

Tarif

Si la balade autour du Bassin Rond est gratuite, il est possible de faire une croisière originale et ludique sur l’Eurêka. Tarifs individuels et de groupes sur www.eureka-tfg.com ou Tel : 06 32 67 37 35.

Où manger ?

Deux adresses quasiment sur le Bassin Rond, à Paillencourt : Le Canotier (café, guinguette, brasserie et même petit étang de pêche à la truite) et le Bar de l’Escale. Il y a aussi plusieurs restaurants sympas sur Bouchain.

Dans les environs

La visite de la brasserie artisanale « La Choulette » et son petit musée brassicole à Hordain, Tel : 03 27 35 72 44. Ou les vestiges de la ville fortifiée de Bouchain, avec son musée de la Tour de l’Ostrevant, Tel : 03 27 35 73 97.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :