• Itinéraire

    Les 140 km

    du chemin

  • Le Chemin…

    Animation panneaux

  • Via Septemtriones Templi

  • Traduction

  • Contactez-nous…

  • Bulletin d’adhésion

  • Saint-Jacques en Boulangrie

  • Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

  • QR Code

A 1 670 km de Compostelle

Dimanche 13 juin 2010

Une randonnée cambrésienne

à 1 670 km

de Saint-Jacques

de Compostelle

Samedi prochain, l’axe cambrésien

du chemin de Saint-Jacques de Compostelle

sera officiellement inauguré.

0

20 km sur les chemins cambrésiens de Saint-Jacques de Compostelle…

Pour tous les amateurs de randonnée pédestre, voilà une balade qui va, à coup sûr, attirer du monde. Et, depuis le temps que certains l’attendaient ! La semaine dernière, l’association Saint Jacques en Boulangrie, a officiellement posé les premières balises. Le résultat d’un travail acharné de plusieurs mois pour reconstituer un chemin, vieux de plusieurs siècles, passé dans l’oubli avec le temps. « C’est suite à mon propre voyage à Saint-Jacques de Compostelle que je me suis intéressé aux tracés dans la région. Je me suis aperçu que beaucoup de pèlerins et voyageurs cherchaient ce chemin dans le Cambrésis. Chaque jour, on peut voir au moins un ou deux touristes perdus, à la recherche des balises qui pourtant existaient bien au Moyen Âge », explique Régis Quennesson, le président de cette association, à l’initiative du projet. C’est ainsi que l’envie est née. Après presque deux ans de recherches, sur l’histoire et la géographie locale, les petites mains de l’association ont réussi à reconstituer cette première partie cambrésienne de 20 km, d’un axe allant de Saint-Amand à Saint-Quentin, soit près de 140 km. Un travail de recherches mais pas seulement. « Plusieurs membres sont allés sur le terrain pour calculer et savoir où poser le balisage, trouver les lieux de passages mais aussi les informations plus pratiques pour savoir où loger, se nourrir, etc. », ajoute Régis Quennesson. Au final, l’association a réussi à reformer ce premier axe, dont le point de départ se situe à deux pas de la cathédrale Notre-Dame, à l’office de tourisme, pour rejoindre Honnecourt-sur-Escaut et son église Saint-Pierre, riche de ses vestiges de l’époque romane. Un parcours, le long de l’Escaut, rythmé par l’histoire et ses monuments, remarquablement préservés, à l’instar de l’abbaye cistercienne de Vaucelles, halte obligatoire de la balade. Une étape, qui sera d’ailleurs inaugurée officiellement, samedi prochain, mais qui n’est qu’un premier pas pour tous les membres de cette association qui souhaitent par-delà valoriser l’ensemble du territoire et son patrimoine.

par CÉCILE DEBACHY

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :