• Itinéraire

    Les 140 km

    du chemin

  • Le Chemin…

    Animation panneaux

  • Via Septemtriones Templi

  • Traduction

  • Contactez-nous…

  • Bulletin d’adhésion

  • Saint-Jacques en Boulangrie

  • Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

  • QR Code

Pourquoi Boulangrie ?

BOULANGRIE…

Quelle pourrait-être l’origine de ce mot ?

0

Sur les pas de Saint-Jacques

Saint-Jacques en Boulangrie : à peine née, cette association a déjà une histoire, partagée entre Cambrai et Compostelle. Explications.

Ce pèlerinage sur le tombeau de saint Jacques fut, avec Jérusalem et Rome, l’un des plus importants de la Chrétienté au Moyen Âge. Pratiquement disparu au XIXe siècle, il connaît un regain de ferveur depuis le XXe siècle. Jalonné d’édifices religieux et civils, il demeure un témoignage de l’influence de la foi sur les hommes. «  En alliant marche et spiritualité, ces chemins de Saint-Jacques de Compos telle constituent une rencontre avec les autres une réflexion sur soi », explique Roger Quéro, bénévole de l’association cambrésienne Saint-Jacques en Boulangrie.

Une légitimité historique

Pourquoi lui avoir attribué ce nom ? Un rappel historique s’impose : en 1486, à la demande des mayeurs (l’équivalent des maires avant la Révolution), et des membres de la Confrérie Saint-Jacques de Cambrai, deux projets sont ratifiés par le diocèse : la construction d’une nouvelle chapelle et surtout celle d’un lieu d’accueil pour les pèlerins de passage dans la cité. «  C’est un hommage, à la fois à cette confrérie aujourd’hui disparue et à ce site d’accueil pour ceux qui prenaient le chemin de Saint-Jacques », poursuit M. Quéro, le nom de Boulangrie – comprenez boulangerie – étant associé à une rue cambrésienne, l’actuelle rue des Rôtisseurs.

Une manière de donner à la nouvelle association toute sa légitimité historique.

Le texte original de Roger Quéro sur la page « historique« 

Extrait du tome VII (page 234), du bulletin de la Commission Historique du Département du Nord (1863).

… L’hôpital Saint-Jacques le Majeur fut bâti en 1484 dans la rue Boulangrie, ou des Rôtisseurs, par la confrérie de Saint -Jacques,  et destiné aux pèlerins. Fondation supprimée en 1752 et réunie à l’hôpital-général de la Charité…

Source : Bulletin de la Commission Historique du Département du Nord.

Extrait du livre « Les Monuments Religieux de Cambrai avant et depuis 1789 », de Adolphe Bruyelle (MDCCCLIV) (page 208).

… L’hôpital Saint-Jacques le Majeur, fut supprimé en 1752, pour former avec d’autres fondations pieuses dont on réunit alors les revenus, un hôpital-général de la Charité. Il fut vendu à un sieur Lammelin, bourgeois de Cambrai, Seigneur de Sainte-Olle et de Raillencourt, bailli de l’église Saint-Géri, qui le fit démolir avec la chapelle. Il fit construire sur leur emplacement, une maison assez vaste qu’il légua à un sieur Lefebvre, Seigneur de Rieux. C’est aujourd’hui une belle habitation particulière, portant le n°55 de la rue des Rôtisseurs, autrefois rue Boulangrie ou des Boulangeries…

Source : Les Monuments Religieux de Cambrai avant et depuis 1789.

Publicités
%d blogueurs aiment cette page :