• Itinéraire

    Les 140 km

    du chemin

  • Le Chemin…

    Animation panneaux

  • Via Septemtriones Templi

  • Traduction

  • Contactez-nous…

  • Bulletin d’adhésion

  • Saint-Jacques en Boulangrie

  • Entrez votre adresse e-mail pour vous inscrire à ce blog et recevoir les notifications des nouveaux articles par e-mail.

  • QR Code

La Credential

Notre Association  » Saint-Jacques en Boulangrie « 

est habilitée, depuis le premier semestre 2011,

par la voie de son Président,

à délivrer la CREDENTIAL

aux Pèlerins qui en font la demande

via l’Office de Tourisme de Cambrai.

.

Le Crédential

.

Notre tampon peut être apposé

sur votre carnet de voyage

auprès du secrétariat

de l’Office de Tourisme de Cambrai

.

Tampon association Saint-Jacques en Boulangrie

.Société Française des Amis de Saint-Jacques de Compostelle

.

A lire ci-dessous…

Article tiré du site de la Société Française des Amis de Saint-Jacques de Compostelle. (SourceClic !)

.

La credencial, passeport du pèlerin actuel, qui l’accrédite comme tel, lui ouvre les portes des gîtes et lui permet de solliciter la compostela à son arrivée à Saint-Jacques, fut créée en 1958 par la Société Française des Amis de Saint Jacques de Compostelle.

Les rares pèlerins à pied, à l’époque, se plaignaient en effet d’être arrêtés pour « vagabondage » par la gendarmerie en France, la Guardia Civil en Espagne.

La Société des Amis de Saint Jacques les munit donc d’une « lettre de créance » – credencial en espagnol -, en français et en espagnol, dans laquelle elle recommandait le porteur aux autorités ecclésiastiques et civiles, se portant garante pour lui.

La forme du document a évolué jusqu’à adopter, à la fin des années 1960, celle que nous lui connaissons aujourd’hui.

Au Moyen Âge, un voyageur d’un haut rang social se munissait de lettres du roi, d’un noble important, d’un évêque ou de l’abbé d’un grand monastère, lettres qui établissaient ses noms et qualités et lui permettaient d’être reçu chez les parents, amis ou débiteurs du signataire de la “lettre de créance”. D’autres, qui n’avaient pas de telles relations, voyageaient avec eux pour bénéficier de l’accueil qui leur était réservé tout au long de leur voyage. Seuls donc les pèlerins de haut rang et ayant des relations se prémunissaient des aléas de la route en emportant avec eux des recommandations de personnages connus.

Les voyageurs de condition modeste partaient sans recommandation particulière. Une lettre d’un curé – qui aurait su lire et écrire, sans aucune notoriété au-delà des limites de sa paroisse, n’aurait servi à rien, même pour dormir dans les hôpitaux ou à l’auberge. Ces voyageurs s’identifiaient oralement comme pèlerins, montraient les insignes qu’ils avaient acquis dans les sanctuaires visités et arboraient fièrement à leur retour la coquille de Saint-Jacques ou les palmes de Jérusalem.

À l’arrivée, le sanctuaire de l’Apôtre accueillait sans réserve tous les peregrini, tous les “étrangers” qui s’y rendaient pour obtenir la rémission de leurs péchés, accomplir un voeu, vénérer le saint ou gagner des indulgences.

La compostela n’existait pas non plus au Moyen Âge. Le port des coquilles au retour suffisait à prouver que l’on avait fait le pèlerinage.

Seul un tout petit nombre de pèlerins devait présenter, au retour, un certificat de pèlerinage : les condamnés par la justice à effectuer un ou plusieurs pèlerinages en un temps donné (pèlerinages judiciaires), et ceux qui accomplissaient, pour de l’argent, le pèlerinage pour un autre (pèlerinages vicaires).

Actuellement, dans l’attente des décisions de l’Église de France, l’Office des Pèlerins continue à accepter les diverses credenciales des pèlerins français.

La Société Française, qui l’a inventée en 1958, rappelle à ce propos que la credencial est une “lettre d’accréditation”, par laquelle l’association qui la délivre se porte garante du pèlerin qui la sollicite ; elle est nominative et ne peut donc pas être délivrée anonymement, “en blanc”, encore moins être déposée dans une mairie, un office de tourisme ou une librairie.

Credencial et compostela font partie de l’histoire récente du pèlerinage à Compostelle, et ont connu un tel succès que les pèlerins qui parcourent la Via Francigena jusqu’à Rome se munissent de credenciales et demandent un certificat de pèlerinage à leur arrivée.

.

.

Dernière Mise à Jour : 20/01/2013
%d blogueurs aiment cette page :